L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Activités > Rencontres mensuelles passées > La convention collective débattue lors de la rencontre mensuelle du (...)

Publié le 30 mars 2009

La convention collective débattue lors de la rencontre mensuelle du RIJ

Le premier intervenant a été le président de l’AJB qui a expliqué aux journalistes les principales dispositions contenues dans la convention collective.

La convention collective dira-t-il est un document qui régit les rapports de travail entre les patrons de presse et les journalistes. Sont exclus de son champ d’application, les organes de presses publics, les radios confessionnelles, les radios communautaires et les radios relevant des collectivités locales. Cependant, ces organes peuvent signer des conventions d’entreprise et demander à un moment à signer la convention collective.


Les trois panélistes Jean Claude MEDA, Justin Coulibaly et Germain Nama avec le modérateur Félix Koffi Amètépé.

Quant au secrétaire général du SYNATIC, il s’est appesanti sur la grille salariale et indemnitaire telle que définie par la convention collective.

Si au niveau de presse d’Etat les problèmes de classification sont règlementées, il n’en était pas le cas au niveau de la presse privée. Désormais c’est chose fait avec la signature de la convention collective. Cette grille constitue un minimum, qui doit être appliqué par tous a estimé Justin Coulibaly.

Pour le dernier intervenant Germain Nama, cette convention collective a été laborieusement discutée entre les différentes entités et chacun y est allé de ses convictions et le résultat est le fruit d’un consensus. Il est revenu sur ce qu’il a qualifié de confusion lors de la signature de la convention. Il s’agit de la prise de mesures d’accompagnement pour favoriser l’application de la convention. Pour lui l’application du document n’est pas liée à l’adoption de mesures d’accompagnement du gouvernement. Il a cependant reconnu que certaines entreprises de presse dans leur configuration actuelle auront de la difficulté à appliquer la convention.

Malgré tout ce qui peut exister comme difficultés la convention offre comme avantages l’existence d’entreprises de presse viables.

Il a souhaité que des tournées soient initiées dans les entreprises de presse pour expliquer la convention et voir dans quelle mesure les homme et femmes de médias peuvent s’impliquer dans son application. Il a terminé par réitérer sa confiance en cette convention parce qu’elle va assainir le milieu de la presse.

Après ces présentations, les participants ont posé des questions d’éclaircissement.

Avant de clore la soirée Koffi a donné quelques informations relatives aux matinées de réflexion.

Le thème de la rencontre du mois d’avril sera « le statut de l’opposition ».