L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Actualité RIJ > Rubrique littéraire > Conte : La finitude de l’Homme

Publié le 2 mars 2009

Conte : La finitude de l’Homme

Au commencement, Dieu créa l’Homme et lui accorda toutes les faveurs. Il marchait aux côtés de son créateur et n’avait aucune difficulté. Il était très beau et ne vieillissait pas.

Fier d’être sous les auspices du Tout-Puissant, l’homme se mit à l’épier dans tout ce qu’il faisait. Il devint très savant et pouvait inventer toute sorte d’objets.

Mais poussé par la jalousie, Dieu lui tendit un piège à la manière dont le chasseur tend son filet pour capturer le gibier. Il ramena d’un petit voyage, un tube contenant un liquide rouge. Dieu fit semblant de boire le liquide ; il le déposa et alla se coucher. L’homme se cacha, et but le liquide. Dieu sut cela ; mais ne dit mot.

Au fil du temps, l’homme constata qu’il n’était plus le même. Sa beauté disparaissait progressivement et il n’avait plus ses forces d’antan. Ses cheveux se mirent à blanchir.

Abassourdi, il demanda à Dieu :

- Toi qui sais tout, dis-moi pourquoi j’ai changé. Ne trouves-tu pas que je ne suis plus le même ?

Dieu ricana et dit :

- Si tu es devenu « Comme ça », c’est toi qui l’as voulu. C’est le liquide que tu as bu à mon insu qui agit dans ton organisme. Tu vas mourir bientôt…

L’homme supplia Dieu pour qu’il l’aide à redevenir jeune et vivre éternellement ; mais Dieu refusa à cause du liquide. Il appela le liquide Sang, qui signifie « germe de la mort ». Quelques temps après, l’homme vieillit totalement. Il ne pouvait plus marcher et restait coucher dans sa maison toute la journée. Il finit par mourir comme Dieu lui avait prédit.