L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Actualité RIJ > Renforcement des capacités : le RIJ outillé en montage de projet

Publié le 10 novembre 2016

Renforcement des capacités : le RIJ outillé en montage de projet

Des membres du Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ) ont reçu une formation en deux sessions sur l’élaboration des projets, du 22 au 24 septembre et du 13 au 15 octobre 2016. Cette formation a permis aux 12 participants de s’approprier des différentes démarches et techniques pour rédiger un projet vendable.
C’est autour de la prévention et la gestion des conflits par l’action des journalistes, que les membres du RIJ participant à cette formation se sont focalisés pour travailler sous la direction de Jean-Baptiste Sawadogo consultant dans le domaine de l’élaboration des projets et en matière de management des médias.
La première session de cette formation a été théorique et a porté sur les différentes composantes d’un projet et les éléments à développer dans ces composantes. La deuxième session a mis les participants en situation pratique de rédaction pour élaborer un projet. « Là nous sommes allés de façon pratique à élaborer un projet et nous-nous sommes basés sur la thématique liées à la prévention et la gestion des conflits », souligne le formateur Jean-Baptiste Sawadogo, ajoutant qu’ « on ne peut pas élaborer un projet en 2 ou 3 jours. C’est un processus qui prend du temps, qui nécessite des recherches et l’implication des différents acteurs avec des compétences différentes ».
Selon Boukari Ouoba, un des formés, « nous étions donc dans la réalité du travail, un travail que nous ne connaissions pas mais pour lequel nous avons la chance d’avoir un expert qui nous guide à tout moment. Nous avons défini les objectifs, les résultats attendus, les personnes cibles, les zones d’intervention. On a esquissé le budget, le plan opérationnel, le suivi évaluation et il nous reste encore une semaine de travaux de finalisation (hors formation) pour que le RIJ ait un projet qu’il peut soumettre à un partenaire ».
Selon l’expert qui a apprécié le dynamisme des membres du RIJ, « c’est un réseau qui milite dans l’accompagnement des différents médias pour pouvoir être efficace dans le traitement de l’information surtout orientée vers la prévention et la gestion des conflits. J’ai trouvé que c’est une initiative noble qui méritait l’accompagnement des uns et des autres. Nous nous sommes trouvés face à une équipe qui est très dynamique, qui a beaucoup apporté et là nous avons déjà une matière qui n’est pas finalisée, mais qui pourra l’être d’ici quelques jours. On a atteint l’objectif qu’on s’était fixé même si ce n’est pas à 100%. Ils se sont engagés au profit du réseau et on peut avoir de l’espoir quant à la suite, qui va beaucoup apporter aux médias du Burkina Faso ».
Boukari Ouoba s’est réjoui du fait que « l’objectif est que chacun connaisse la démarche qui conduit vers le montage de projet ». Son seul souci est que « les journalistes apprennent beaucoup de choses qu’ils ne mettent pas en pratique ».
Cette formation a été exécutée avec l’accompagnement de la Deutsche Welle Akademie (DWA), grâce à un partenariat que le RIJ entretient depuis 2013. Et pour son point focal au Burkina Faso, Boureima Salouka « la DWA entretient d’excellentes relations de travail avec le RIJ. Nous travaillons beaucoup sur un axe qui est consacré au journalisme sensible aux conflits (JSC). Nous travaillons aussi avec le RIJ sur des aspects comme la formation des formateurs parce qu’à terme, pour la DWA, il faudrait qu’il y ait des formateurs burkinabè capables de former d’autres journalistes. Nous menons également des études avec le RIJ sur les radios communautaires. L’objectif c’est d’aider le RIJ à grandir davantage institutionnellement, à pouvoir élaborer des projets médias qui puissent être vendables auprès d’autres bailleurs de fonds.
Selon Salouka « nos attentes sont satisfaisantes en ce sens que nous avons vu de l’investissement, de la participation de la part de la DWA et des membres du RIJ. C’est la première partie et nous serons totalement satisfaits si le RIJ parvenait dans les mois à venir, à sortir des projets médias qui soient bien ».
Le projet axé sur le journalisme sensible aux conflits, dont l’élaboration a commencé pendant la formation, et qui va être finalisé dans quelques jours, sera soumis aux partenaires du réseau, et autres partenaires potentiels.
Adama SALAMBERE