L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Autres > Divers > Participation du RIJ à l’atelier d’information et d’appropriation du Programme (...)

Publié le 22 juillet 2013

Participation du RIJ à l’atelier d’information et d’appropriation du Programme Nationale du Secteur Rural (PNSR) organisé par le SPONG

Du 20 au 21 juin 2013, le Secrétariat Permanent des Organisations Non Gouvernementales SPONG a organisé un atelier d’information et d’appropriation du Programme Nationale du Secteur Rural PNSR au profit des organisations de la société civile des treize régions du Burkina Faso. Les travaux qui ont eu lieu à Ouagadougou dans l’enceinte de la maison des retraités Antoine Nanga avaient entre autres pour objectifs de :

• Présenter le contenu de la version finale du PNSR aux organisations de la société civile des différentes régions ;

• Donner des informations sur le budget programme auquel le PNSR s’inscrit en droite ligne ;

• Déterminer les modalités d’opérationnalisation et de suivi du PNSR au niveau régional ;

• Définir et adopter le mode d’organisation de la société civile afin de prendre part de façon efficace à la mise en œuvre et au suivi du PNSR.

Les travaux se sont déroulés en plénière. L’équipe du Secrétariat Permanent de la coordination des Politiques Sectorielles Agricoles SP/CPSA a veillé au bon déroulement des communications sous la modération de Alfred Yambangba Sawadogo du Comité Technique Interministériel du PNSR appuyé de membres du Comité d’ Orientation et de Pilotage du PNSR.

De la présentation du PNSR

Le Programme National du Secteur Rural PNSR est un cadre unique opérationnel de mise en œuvre de la stratégie de développement rural et du volet développement rural de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable SCADD pour la période 2011-2015. Selon le SP/CPSA, communicateur, le PNSR est un programme sectoriel regroupant les missions des ministères du secteur rural. C’est une volonté du gouvernement de se doter d’un cadre unique de planification et de mise en œuvre de l’action publique en matière de développement rural du fait de la pléthore de programmes. L’élaboration du PNSR a connu plusieurs étapes :

• Avril 2010 : adoption d’une note de cadrage et élaboration d’une feuille de route ;

• Juillet 2010 : signature d’un pacte marquant l’engagement et l’adhésion des différents groupes d’acteurs au processus ;

• Octobre 2010 : signature d’un protocole d’accord pour la mobilisation des fonds devant servir à la conduite du processus ;

• Mai 2011 : rédaction, mise en place des équipes interministérielles, concertation autour du draft 0 ;

• Validation et présentation du PNSR aux 13 régions.

Le PNSR s’inscrit dans la vision définie lors des états généraux de l’agriculture et de la sécurité alimentaire tenus en novembre 2011 qui est qu’ : « A l’horizon 2025, l’Agriculture burkinabè est moderne, compétitive, durable et moteur de la croissance, fondée sur des exploitations familiales et des entreprises agricoles performantes et assurant à tous les burkinabè un accès aux aliments nécessaires pour mener une vie saine et active ». Le PNSR est structuré en treize (13) sous- programmes regroupés autour de cinq axes. Le coût total du PNSR est de 1376 milliards 84 millions.

De l’implication des OSC au processus d’élaboration du PNSR

Cette communication a été donnée par Bruno Ouédraogo de la ligue des consommateurs (ligue de Pierre Nacoulma) mais en qualité de membre du comité technique interministériel du PNSR. Il a axé son exposé sur trois points à savoir les acquis, les difficultés et les perspectives. Nous avons surtout retenu les deux derniers points :

• Difficultés : rejet du PNIA/PNR par certains PTF ; difficulté de passage du Programme d’Investissement dans les Secteurs de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources Halieutiques PISA au PNSR ; manque de financement des activités des partenaires parties prenantes.

• Perspectives : création d’un observatoire de la vie économique ; création d’une coopérative des consommateurs, c’est-à-dire une sorte de centrale d’achat.

Du budget programme

Monsieur Ernest Bougouma de la direction des études et de planification du ministère de l’environnement et du développement durable a assuré cette communication. L’objectif était de montrer le lien entre le PNSR et le budget programme. Le PNSR étant un volet de la SCCAD dans le domaine du développement rural, il est inscrit dans le budget programme. Parler de budget programme, c’est parler de gestion axée sur les résultats. C’est une initiative du gouvernement qui remonte à l’année 1997. Cette initiative a été suivie d’une tentative de généralisation difficile en 2000. Mais en 2005, avec la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement, le Burkina est revenu sur le budget programme.

De Bagrépole

L’atelier a inscrit dans son programme une communication sur le pôle de croissance de Bagré. Adamou Nikièma, directeur des affaires juridiques, des études et de la promotion, a entretenu les participants sur cette question. Selon lui, le pôle de Bagré comprend trois composantes : le renforcement des capacités institutionnelles, le développement d’infrastructures critiques et le développement de services critiques. Ce dernier volet est dévolu à la maison de l’entreprise. La zone de concentration ou la zone concernée par le pole de croissance de Bagré est de douze mille sept cents douze hectares 12 712 ha. Le coût d’accès à un hectare aménagé est de 10 millions de F CFA. Dans les échanges, il est ressorti que y a une différence entre le pole de croissance de Bagré dont la durée est de 5ans et la société de développement intégré du pole de croissance de Bagré en abrégé BAGREPOLE qui continue après les cinq années de mise en œuvre du projet. Le coût de bagrépole est de 96 milliards 85 millions financé par la Banque Mondiale à plus de 57 milliards, l’Etat burkinabè à plus de 35 milliards et les bénéficiaires à environ 4 milliards. Les échanges se sont focalisés surtout sur l’intérêt d’un tel projet pour la population.

Comme Bagrépole, toutes les autres communications ont été suivies d’échanges. Cela a permis de déboucher sur des propositions et des recommandations.

Propositions pour la mise en œuvre du PNSR

• S’appuyer sur les cadres de coordination existants déjà dans les communes ;

• Intégrer le PNSR dans les PCD (plan de développement communal) ;

• Suivi de la campagne agricole ;

• Capitalisation et contribution des OSC dans le secteur agricole ;

• Suivi budgétaire du secteur agricole ;

• Rapport de suivi du PNSR.

Proposition de la feuille de route

• Autonomie du groupe thématique (recherche de fonds) ;

• Faire le point de la campagne agricole 2013-2014 ;

• Plan d’action des OSC pour le suivi du PNSR ;

• Suivi des politiques publiques en lien avec le PNSR ;

• Formulation de stratégies d’intervention au niveau région ;

• Développement de partenariat avec les autres catégories d’acteurs (producteurs, secteur privé, etc.) ;

• Réfléchir sur des possibilités pouvant permettre aux OSC d’accéder au financement du budget programme en lien avec le PNSR.

Recommandations

• Faire en sorte que les OSC soient visibles dans l’exécution du PNSR ;

• Que les ministères favorisent la tenue de rencontres périodiques sur le PNSR ;

• Acheminer une fois l’an les rapports d’actions et d’activités au SPONG.

Tibila Benjamin ILBOUDO, rapporteur

Rapport atelier SPONG PNSR 2013