L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Activités > Rencontres mensuelles passées > Rapport de la rencontre mensuelle du RIJ le 28 septembre 2012 : "La (...)

Publié le 23 octobre 2012

Rapport de la rencontre mensuelle du RIJ le 28 septembre 2012 : "La ceinture verte préoccupe les hommes de médias"

C’est avec beaucoup d’intérêt et de préoccupation que les membres du RIJ ont partagé leur inquiétude quant au devenir de ce grand projet environnemental institué dans les années 1970 et dont l’interruption a malheureusement été constatée en 1986. Trente six ans après, la ceinture verte est en voie de disparition. De l’avis du RIJ, il y a donc lieu de débattre de ce sujet compte tenu du rôle important que cette plantation devrait jouer pour la ville de Ouagadougou et ses populations.

En effet, c’est en 1976 que l’idée de la réalisation de la ceinture verte est née des autorités de la Haute Volta à l’époque. C’est alors qu’avec l’appui de la Coopération Allemande, des plants d’une largeur de cinq cent mètre (500 m) ont été mise sous terre autour de la ville de Ouagadougou. Les objectifs visés à travers ce reboisement étaient entre autre de protéger la capitale de la poussière et éventuellement des maladies, de limiter l’expansion de la ville, de créer un espace de production de bois de chauffe et de générer ainsi un tapis végétal pour attaquer l’érosion végétale et aquatique.

Aujourd’hui, plus de deux cent mille (200.000) personnes vivent sur cette bande qui dès lors perd sa valeur d’où sa disparition progressive, et l’une des raisons qui explique cet abus est le fait qu’aucune disposition juridique n’a été prise pour mettre à l’abri cette zone précieuse. « La ceinture verte s’est donc longtemps présentée comme une opportunité aux populations de se trouver des sites de logement et aux hommes politiques notamment aux maires d’en faire une source de revenu personnelle dans la vente des parcelles » selon Fousseni KINDO, journaliste membre du RIJ et modérateur de la rencontre.

Le représentant du projet Foyers Améliorés au Faso (FAFASO) invité a ce panel mensuel du RIJ a tenu a montrer l’étroitesse de leur action et la préservation de la ceinture verte. Pour Gourafoma DRABO de FAFASO, « avec la formation et la construction des foyers améliorés par son projet, l’abus de l’exploitation de la ceinture verte se fait moins sentir »
Si la ceinture verte venait à disparaître, une question de survie des populations se poserait nécessairement. C’est pourquoi, les membres du RIJ ont interpellé les autorités municipales de Ouagadougou et la société civile pour que des actions soient menées pour une réhabilitation de la zone.

Boukari OUOBA, Secrétaire Générale du RIJ, a profité de l’occasion pour rappeler au public que le Concours de Créativité sur les Droits Humains 2012 a pour thème « Le droit à un environnement sain. » Il a invité tous les participants qui ont créé des articles de presse ou des émissions à la radio/télé portant sur des questions environnementales, de déposer ces derniers au siège du MBDHP à Somgandé jusqu’au 31 octobre 2012.
Rendez vous a été pris pour le vendredi 02 octobre 2012 pour le prochain panel mensuel du réseau d’Initiatives de Journaliste (RIJ). Cette rencontre aura pour thème : « Enjeux électoraux face aux exigences de la profession journalistique »

Victor BASSOLET