L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Activités > Formations > Rapport de la formation (module2) à Fada

Publié le 9 mai 2011

Rapport de la formation (module2) à Fada

Pendant ces trois jours d’évaluation de la première formation, les vingt participants et les formateurs ont travaillé sur les thèmes suivants :

-  rappel sur la philosophie de la radio de proximité, les principes du journalisme, les genres journalistiques, les sources d’informations, l’animation radiophonique, le montage numérique, les délits de presse et la charte déontologique de Munich (en exposé).
-  L’écriture journalistique (en exposé et exercices plénières)
-  L’interview (en exposé et en travaux de groupes)
-  La conférence de rédaction (en exposé et en travaux de groupes) et le reportage
-  Les moyens d’assurer la responsabilité sociale des médias.

Les rappels
Au titre des rappels, le formateur Sylvestre Ilboudo est revenu sur les nombreuses possibilités qu’offre le montage numérique : copier, couper, mixer, déplacer, etc. Aujourd’hui, le montage numérique permet de gagner du temps, de réduire la pénibilité du travail journalistique tout en garantissant la qualité du son. Avec les questions des participants, le formateur a pris des exemples pour étayer les possibilités qu’il avait développées. Il a aussi fait un bref rappel sur l’animation radiophonique développée lors de la première formation par Fabrice Bazié.

Sur la philosophie de radio de proximité, le formateur Soumaïla Rabo a rappelé que la particularité est dans l’adhésion de la communauté au projet de la radio, à ses programmes et à sa gestion. Ce rappel a permis de sonder les participants sur les réalités de leurs radios respectives, différentes les unes des autres. Il a poursuivi avec les genres journalistiques les plus usités par les journalistes burkinabè (compte rendu, reportage), les sources d’informations avec leurs forces et leurs contraintes, les principes du journalisme à travers essentiellement le respect de la vérité, l’honnêteté, la vérification des faits, la liberté de conscience, le respect de l’intérêt général. Il a aussi fait un bref rappel sur les textes qui régissent la profession à savoir le code de l’information qui prévoit les divers délits de presse et la charte déontologique de Munich qui fait référence dans tous les segments du journalisme.

L’écriture journalistique
« L’écriture journalistique n’est pas l’écriture administrative. Elle n’est pas l’écriture littéraire, a expliqué le formateur Soumaïla Rabo, mais une écriture simple, accessible au plus grand nombre ». Il a insisté sur l’importance de ces règles de base quelle que soit la langue utilisée, car dans les radios locales de la région de l’Est les langues nationales gourmantchéma, fulfudé et mooré sont les plus couramment utilisées. A l’occasion, plusieurs participants ont posé des questions sur la difficulté à traduire en langues locales certaines terminologies propres de la culture occidentale. Ce que le formateur a reconnu en conseillant de les dire en français avant de les expliquer dans les langues du terroir. Par ailleurs, il a souhaité que les journalistes en langues nationales de la région de l’Est veuillent bien se réunir régulièrement pour discuter de la traduction de nouveaux mots qui tombent dans l’usage presque qu’obligatoire des journalistes.

L’interview
L’interview est un genre journalistique central dans le travail du journaliste. Il en a besoin pour rendre compte des événements, pour les expliquer à la lumière des connaissances des experts ou des dirigeants, pour connaître la position d’hommes politiques ou de la société civile…C’est pourquoi, les discussions autour des objectifs de l’interview, des différents types d’interviews, des meilleures formulations des questions ont permis d’améliorer la compréhension que les journalistes de l’Est ont de l’interview. A travers un exercice pratique, quatre groupes ont effectué des interviews sur la mutinerie à Fada (deux groupes), la guerre en Libye et la salubrité dans la ville de Fada. A l’issue de l’écoute des productions, chaque interview a fait l’objet de critiques.

La conférence de rédaction
Avant de rentrer dans le vif du sujet, le formateur Soumaïla Rabo a fait une présentation générale de l’organisation d’une radio selon qu’elle soit ou petite avec ou sans certains services. Il a expliqué l’importance de certains services en fonction de l’orientation de ladite radio et surtout insisté sur les métiers et responsabilités qui peuvent exister dans une rédaction.
Les deux formateurs ont ensuite expliqué l’importance de la conférence de rédaction dans l’efficacité d’une rédaction responsable. Ils ont donné des exemples relatifs à leurs expériences professionnelles, avant d’envoyer les participants dans des rédactions de cinq journalistes constituées sur place. L’objectif de la conférence de rédaction était d’identifier un sujet de reportage et un sujet de commentaire à réaliser avant la fin de formation. Pour les reportages, les différents groupes ont travaillé sur les conditions de dépôt des dossiers de concours, la préparation de la fête de Pâques (deux groupes) et la réaction des citoyens de Fada à la nomination du nouveau premier ministre. Dans les critiques, il est ressorti des tendances à la production de comptes rendus (peu d’ambiance), des problèmes de montage des sons, une faible contextualisation de certains sujets.

Les moyens d’assurer la responsabilité sociale des médias (MARS)
Les deux formateurs ont jugé bon d’apporter des précisions sur la responsabilité sociale des médias et des journalistes en raison de la période sensible de crise dans laquelle le pays est plongé depuis quelques deux mois avec par ailleurs une mutinerie des militaires de la garnison de Fada N’Gourma. Dans ces conditions souvent, les journalistes sont appelés à une plus grande prudence pour maintenir la cohésion et la paix sociale dans l’intérêt supérieur des citoyens. « La responsabilité sociale du journaliste, ont-ils expliqué, rappelle à ce dernier qu’il vit dans une société dans laquelle il est co-responsable de la paix, de la sécurité, de la transparence, du progrès, du développement… »
Ils se sont ensuite attelés avec les participants à énumérer un certain nombre de MARS comme la conférence de rédaction, la formation initiale, la formation continue, les ombudsmans, les chartes déontologiques, la convention collective, la carte de presse, les monitorings…

A l’issue de ce dernier module, les formateurs ont donné la parole aux participants pour une petite évaluation orale, puis une évaluation écrite. Il en est ressorti que les participants souhaitent d’autres formations du genre.