L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Activités > Rencontres mensuelles passées > Rencontre des journalistes de Kaya du 26 mars 2011

Publié le 13 avril 2011

Rencontre des journalistes de Kaya du 26 mars 2011

Ce thème est très pertinent car selon la communicatrice, la région du centre-nord est à l’image du Burkina Faso qui se classe parmi les pays les moins avancés du faits essentiellement du faible taux de scolarisation. Le taux de scolarisation de la jeunes fille est très faible et l’analphabétisme est le lot commun de la plus part de nos mères, épouses et sœurs. Toujours selon elle, la région est citée parmi celles dont le taux de scolarisation est particulièrement bas. Les statistiques des trois dernières années détaillées par Madame Ouédraogo montrent une disparité d’une province à une autre avec une évolution en dents de scie. Pour l’année scolaire en cours, le Namentenga se trouve ainsi au bas du tableau avec un taux brut de scolarisation des filles de 51,19% suivi du Sanmatenga et du Bam respectivement avec 57,6% et 65,9%. Parlant des difficultés liées à la scolarisation des filles au centre-nord, la communicatrice a fustigé les pesanteurs socioculturels, l’excision et des préjugés. Entre autres, elle a cité les mariages précoces et/ou forcés, la pauvreté, les travaux domestiques avant de dégager les avantages de la scolarisation des filles. Pour palier à ces entraves, un certains nombres d’activités ont été réalisées à savoir la construction de 41 complexes scolaires grâce au projet BRIGHT, la mise en place de cellules relais pour la sensbilisation des parents, la construction de garderies « Bissongo », la pise en place d’activités Génératrices de Revenus (AGR) au profit des mères éducatrices et la dotation de « ration sèche » au bénéfice des filles scolarisées. En dépit des efforts consentis par l’état et les partenaires techniques et Financiers, des difficultés persistes. Madame Ouédraogo préconise entre autres, la construction de centres d’accueil de jeunes filles pour leur maintien au secondaire surtout, la construction des garderies « Bissongo » dans toutes les écoles, la multiplication des actions de sensibilisation des populations. Elle a lancé un vibrant appel aux gens des médias à s’investir davantage dans les actions d’information et d’éducation des populations. Somme toute, il est ressorti que le combat pour la scolarisation des filles s’avère une difficile et de longue haleine. Toutefois des résultats encourageants ont été enregistrés. Des questions dignes d’intérêt ont été posées avec des réponses satisfaisantes. Cet instant de réflexion sur la scolarisation des filles a abouti à la problématique du maintien du peu de filles scolarisées au-delà de l’école primaire. Afin de mieux appréhender la question, les journalistes ont retenu comme thème de la rencontre du 28 avril 2011, « la problématique de l’éducation des filles au secondaire ». La cellule de Kaya a remercié la communicatrice pour sa disponibilité et pour la clarté de son exposé. Cette dernière a également salué l’initiative des journalistes de Kaya de réfléchir sur un thème de développement comme la scolarisation des filles. Elle a réitéré son appel aux uns et aux autres à s’impliquer d’avantage dans les actions de sensibilisation afin de rehausser le taux dans le centre-nord.

En divers, il a été question de murir des réflexions sur la structuration de la cellule pour la prochaine Assemblée Générale du réseau. Les gens des médias ont également été invités à souscrire pour la carte de membre seul témoin de l’adhésion du membre au réseau.
C’est dans une ambiance bonne enfant que la séance débutée à 9heures a pris fin autour de 11 heures.

Rendez-vous a été pris pour le 28 avril 2011 à la radio manegda.

Dieudonné W. OUEDRAOGO, L’Observateur Paalga

Augustin I. OUEDRAOGO, AIB/Sanmatenga