L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Activités > Formations > Formation en journalisme de base (module1) à Fada

Publié le 15 février 2011

Formation en journalisme de base (module1) à Fada

Les radios implantées dans les localités de Bogandé, Gayéri, Diapaga et Fada doivent jouer un rôle essentiel dans le développement de la région de l’Est du Bukina Faso. Les journalistes et animateurs qui y travaillent font de leur mieux pour répondre à cette exigence. Cependant, les outils dont ils ont besoin pour être efficaces manquent : il s’agit autant de matériel de travail que surtout de connaissances de base sur le journalisme. C’est pourquoi, le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ) a initié la session de formation en deux phases en février et en avril 2011. Ce, avec l’appui financier de la Fondation Hanns Seidel Stiftung et technique de la GIZ.
La première session a eu lieu du 10 au 12 février 2011 à Fada avec vingt journalistes venus de quatre villes de la région de l’Est. Elle était intitulée : « formation en journalisme de base I à Fada ».
Pendant les trois jours, les facilitateurs Soumaïla Rabo et Fabrice Bazié et les vingt participants ont travaillé sur les modules suivants : la philosophie de la radio de proximité, les radios formatées, l’animation radiophonique, le montage numérique, les genres journalistiques, les principes du journalisme, les sources d’information, les délits de presse, la charte déontologique de Munich.

Les travaux de groupes, l’utilisation de méthodes participatives comme le métaplan, les questions-réponses et les exposés ont facilité les échanges pendant toute la durée de la formation qui a assuré, par ailleurs, le partage des expériences entre tous les participants. Les travaux pratiques ont abouti à la finalisation de quatre reportages sur la nouvelle gare routière de l’Est, le regard des Fadalais sur la marche de soutien à Blaise Compaoré à Ouagadougou, les préparatifs de la fête des amoureux du 14 février et les conséquences économiques de la crise ivoirienne à Fada.

Il est ressorti des critiques que certains groupes ont fait des productions trop longues qui pourraient ennuyer les auditeurs par leur monotonie, qu’il y avait quelques interviews qui laissaient entendre la voix des journalistes, que certains montages n’étaient pas très précis, que l’angle d’attaque de certains sujets n’était pas claire, que les ambiances et les témoignages étaient parfois insuffisants… Au terme de la formation, les participants ont jugé le temps de la formation trop court pour épuiser l’ensemble de leurs préoccupations. Ils ont relevé par ailleurs la faiblesse de leurs équipements propres dans les radios qu’ils animent pour participer au développement de leurs localités et de la région de l’Est.
Dans tous les cas, les facilitateurs et les organisateurs de l’atelier ont promis la tenue de la deuxième session de formation en fin mars-début avril toujours à Fada. Elle va porter sur l’écriture journalistique, le management d’une rédaction, les genres journalistiques et le montage numérique.