L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Autres > Matinées de reflexion > « La communication communale »

Publié le 24 juin 2009

« La communication communale »

Pour l’animation du thème, il a été fait appel à trois acteurs de premier plan. Il s’agit de :
- Monsieur Mamadou Coulibaly, Directeur de la Communication et des Relations Publiques de la Mairie de Ouagadougou ;
- Mme Fatoumata Ouédraogo née Koné, Chargée de communication du Programme national de gestion des terroirs (PNGT) ;
- Monsieur Djiéba Ouoba, Chargé de projet au Programme De Développement Communal (PDDC) de la GTZ.

… Pour un public très intéressé
La modération des échanges et des discussions a été assurée par Soumaïla Rabo, membre du Comité de pilotage du RIJ.

La communication communale, une matière nouvelle

Des présentations préliminaires de chacun des animateurs de la matinée de réflexion, il ressort que :
- Malgré les 15 années des Textes d’orientation de la décentralisation, cette matière reste toujours nouvelle ;
- La problématique de la communication communale est encore plus nouvelle et très peu de communes urbaines et rurales disposent d’une véritable stratégie de communication ;
- Les questions de communication demeurent encore marginales et les conseils municipaux qui s’en préoccupent réellement ;
- Si la Mairie de Ouagadougou est passée d’un Service de Presse à la création formelle d’une Direction de la communication et des relations publiques (DCRP), elle vient de se lancer dans le processus d’élaboration d’une stratégie de communication ;
- Les programmes de développement des communes ne disposent pas toujours de lignes budgétaires consacrées à la communication. Ce qui relègue nécessairement ce volet au second plan ;
- Les partenaires techniques et financiers ne semblent pas suffisamment sensibiliser à l’importance et à l’efficacité de la communication dans le développement économique et social des communes.

Que faut-il faire pour rectifier le tir ?

A propos des actions de communication qui sont menées ici et là, les panélistes ont relevé une absence de coordination réelle des différentes actions, ce qui ne permet pas d’obtenir de véritables impacts. Aussi, les panélistes ont fait chacun quelques suggestions en vue de contribuer à alimenter des démarches de conception de stratégies de communication. Ainsi, on peut retenir que :
- Pour être efficace et performante, la communication communale doit prendre en compte un volet communication interne (rencontre entre les conseillers municipaux d’une part, entre les conseillers et le personnel d’appui, édition de bulletin d’information interne, formation des agents à la stratégie de communication,…) et un volet externe (organisation de rencontres avec les citoyens, éditions de bulletin d’information des populations, compte-rendu des rencontres du conseil municipal, radio municipale, affichages publics,…) ;
- Des opérations de relations publiques telles que celles organisées par le Maire de Ouagadougou dans le cadre des audiences publiques avec les populations peuvent être une source d’inspiration pour d’autres conseils municipaux afin de prendre en compte les préoccupations des citoyens sur un sujet sensible comme les lotissements par exemple.

Monsieur Mamadou Coulibaly et Soumaïla Rabo

« Une image vaut mille mots »

- L’élaboration d’une stratégie de communication doit être avant un processus participatif avec tous les acteurs concernés par sa mise en œuvre. La sollicitation des bureaux d’étude est un appoint important, mais il peut arriver que ceux-ci ne disposent pas toujours de spécialistes de la communication dans leurs équipes ;
- La production d’outils de communication de proximité et dans les langues locales peut se révéler très efficace, surtout dans les milieux ruraux où les images sont plus parlantes que les mots.
- Dans la démarche d’élaboration des outils de communication, il est important non seulement de les tester avant de les mettre à la disposition des communes, mais également de recueillir les témoignages des utilisateurs des outils afin de les partager avec d’autres.

Communiquez, prenez de la peine !

Des échanges qui ont suivi les présentations, panélistes et participants se sont mis d’accord sur des idées forces telles que :
- La communication communale répond à une exigence démocratique majeure, celle qui confère aux citoyens le droit de demander des comptes à ceux qui les gouvernent et aux gouvernants, le devoir de dire ce qu’ils font et de faire ce qu’ils ont dit ;
- La communication est indispensable pour la mobilisation des populations et des ressources pour le développement des communes urbaines et rurales ;
- On ne peut mobiliser les populations et en faire des alliés du développement de leur commune que si elles comprennent là où veut les mener, ce qu’on veut faire avec elles et pour elles ;
- Le développement des espaces de délibération publique est indispensable pour l’épanouissement de la démocratie à la base ;
- Une stratégie de communication communale bien menée peut permettre l’utilisation optimale et donc le développement des médias au niveau local ;
- Pour instaurer une bonne collaboration entre les communes et les médias, il est nécessaire que des programmes spécifiques de formation soient développés en direction des journalistes et des animateurs des radios et télévisions ;
- Il est important d’évaluer l’impact et le bénéfice que rapporte la communication en vue d’organiser un plaidoyer plus crédible en direction des partenaires techniques et financiers ;
- Les élus locaux ne devraient pas seulement communiquer en tant de crise, mais de façon permanente sur ce qu’ils font au quotidien, sur les projets qu’ils nourrissent pour les populations et surtout se mettre à l’écoute de leurs électeurs afin de recueillir leurs préoccupations et leurs suggestions en vue de prendre des décisions réalistes et adaptées et aux contextes et aux attentes de leurs localités.

La communication, c’est comme la respiration

En fin de compte, l’organisation de cette journée de réflexion a été l’occasion pour les participants et les panélistes de prendre conscience de l’importance stratégique de la communication dans la mise en œuvre des programmes de développement au niveau des communes. Plus particulièrement, les échanges ont permis de souligner que l’absence d’une stratégie de communication et aussi de cadres compétents en la matière est lourdement préjudiciable à la bonne gouvernance au niveau local. Il importe donc pour le RIJ d’approfondir le thème sous d’autres angles et d’initier d’autres cadres d’échanges d’expériences en partenariat avec la Mairie de Ouagadougou, le PNGT, le PDDC et d’autres structures et organisations intéressées par la problématique de la communication communale.
Cette rencontre a le mérite de renforcer la conviction selon laquelle une stratégie de communication bien pensée et bien menée contribue inévitablement à la dynamisation des actions et à la stimulation des énergies des acteurs. Elle permet à toute structure qui l’intègre comme une exigence fondamentale de fonctionnement de bien respirer en faisant une utilisation optimale de ses potentialités internes et en s’ouvrant sereinement vers ses publics cibles.