L’Assemblée générale du Réseau d’initiatives de journalistes se tiendra le 28 janvier 2017, à partir de 9 heures au Centre national de presse Norbert Zongo

Accueil > Activités > Formations > Atelier de Journalisme Éducationnel Radio de la Deutsche Welle

Publié le 14 mai 2009

Atelier de Journalisme Éducationnel Radio de la Deutsche Welle

Il s’est tenu du 23 Mars au 03 Avril 2009 un atelier de formation de journaliste en éducation sociale, à l’hôtel Les Palmiers d’Ouagadougou. Cet atelier qui a vu la participation de 12 journalistes venus d’Ouagadougou et de certaines radios de provinces, a été organisé par la Deutsche Welle en partenariat avec le Réseau d’Initiatives de Journalistes (RIJ). Durant deux semaines les journalistes ont renforcés leur connaissance en technique d’écriture radiophonique, de reportage, d’interview, l’enrobé et le micro trottoir etc.

Les différents formats de radio que sont : la nouvelle, le papier, le son, l’éditorial, la chronique, le journal, la table ronde le documentaire radio et la pièce radiophonique nous ont été dispensé.

A cela il faut ajouter la fabrication du magazine à travers un plan. Au cours de l’atelier l’accent a été mis sur la pratique qui a donné lieu à la réalisation de trois magazines sur la vie chère, l’éducation et la présence allemande au Burkina Faso. Les connaissances théoriques reçus ont été mises à profit par les journalistes lors de la réalisation des magazines.

L’atelier s’est sur des notes de satisfactions tant pour les journalistes que les formatrices. Car les attentes des uns et des autres ont été répondues.

Une interview avec la formatrice Carine Debrabandère

RIJ : Dans quel cadre s’inscrit l’atelier de formation des journalistes en éducation sociale ?

Debrabandère : Il s’inscrit dans un cadre de partenariat entre la Deutsche Welle, l’académie de la Deutsche Welle, le Réseau d’Initiative de Journalistes et le Service allemand de développement. Et avec le soutien financier du Ministère des Affaires étrangères d’Allemagne.

RIJ : Comment s’est fait l’organisation pratique de cet atelier ?

Debrabandère : La collaboration entre les structures ci-dessus citées, a rendu possible l’organisation de cet atelier. A savoir que le RIJ s’est chargé de la collecte des candidatures au Burkina et la Deutsche Welle a décidée de qui allait participer à l’atelier, et cela à travers les besoins exprimé les dossiers de candidatures. Quand à la partie allemande, elle a fournie les ressources nécessaires liées à l’organisation de cet atelier.

RIJ : Comment vous avez apprécié la participation des journalistes lors de l’atelier ?

Debrabandère : Dès le premier jour nous avons sentis en eux la volonté d’apprendre et surtout de bien apprendre. Les jours qui ont suivis ont confirmé notre impression. C’étaient des journalistes extrêmement perspicaces, intelligents. Ils suivaient avec attention les différents modules de la formation. Et surtout ce sont montrés très disponibles lors des exercices pratiques. Ce qui était très bien, ce que nous avons utilisé l’autocritique qui a bien marché. Après la réalisation d’un élément, l’auteur lui-même donne son point sur son travail avant l’appréciation des ces collègues.

RIJ : Que retenez-vous de cette formation ?

Debrabandère : J’adore travailler avec mes collègues africains qui sont très spontanés dans ce qu’ils font. Ils sont très joviaux quand ils sont à l’antenne. Chose qui manque parfois chez certains de mes collègues en Europe.

RIJ : Peut-on s’attendre à une suite de cet atelier avec les mêmes formatrices qui ont été disponibles tout au long de formation ?

Debrabandère : Il sera très intéressant que nous puissions continuer ce travail mais cela dépendra de ceux qui détiennent le cordon de la bourse, pour les formations comme celle dont nous venons de terminer. Nous espérons les convaincre la nécessité d’une suite à cet atelier ne ce reste que pour revoir en profondeur les techniques de reportage, ou encore les technique de fabrication d’un journal, d’un magazine etc.

RIJ : Quels messages à l’endroit des journalistes qui ont participé à cet atelier ?

Debrabandère : Simplicité dans leur réalisation quotidienne, naturel à l’antenne, éviter les énumérations, garder leur faciliter d’allocution et leurs désirs d’apprendre.

Sylvestre Ilboudo dans l’interview avec Caroline Debrabandère